vendredi 18 mars 2011

Ne pas troubler

Le réveil tire à l'assaut sur le carrelage blanc, je me lève, je nage comme un poisson dans une veine. J'ouvre un cachet sur lequel il est écrit : “Sublimez cinq à dix fois par jour”. Il y en aura plein les matins et les matins on nagera comme un poisson dans une veine. Même si à la radio allumée peut-être trop tôt du gospel blanchit à Saint-Cloud, des crépus taguent sur des murs décrépis, des mères s'attachent devant des grilles aux abois et Bâton-Rouge sombre sous les eaux. On nagera encore comme des poissons dans une veine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire