dimanche 19 août 2012

La vingt-cinquième heure

La 25è heure
c'est celle où on se couche toute lumière au bord du lit. 
C'est celle qui se relève et nous soulève après avoir tremblé tout le jour.
C'est la langue promise qui vacille dans ce désert

c'est celle où tu danserais peut-être si tu avais un corps. 

C'est la lèvre qui mordille l'insoumise
c'est le silence sans autre chair
un bruissement blanc entre les dents.

Les yeux ouverts
la pupille défendue
les noisettes de Pandore. 
Oracle et cour des miracles 
cyclamen et ortie noire. 


La 25è heure
c'est le crayon traçant le vide. 
Une illusion acoustique. 
Un rire fou qui vous laisse dire, un chatoiement sans lame en dedans. 
Des nuits magnétiques égrenées sous les doigts de la main. 
Un tour du monde en une seule nuit. 

La 25è heure
c'est une transhumance un jour sans pain
la danse des mots possédés 
et tout ce mystère viré au bataclan. 

La 25è heure, c'est la solitude en liberté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire