vendredi 18 mars 2011

Crois pas

Je crois pas que le silence baille. Je crois pas que l'immense rentre dans une boîte. Je cherche le territoire et les heures ici sont comme pour tout le monde.
Il faut plusieurs heures pour forger une pierre, il faut plusieurs heures pour forger un mot. Le verbe, il paraît qu'il s'est fait chair quand la pierre attendait.

C'est pas nous les yeux embués, c'est la pluie qui nous vide.
C'est pas nous les bouches scellées, c'est le vent qui nous chasse.
Nos mâchoires ne grincent pas, c'est la porte qui claque.”

Il va falloir cracher, emboîter nos semelles et balader nos voix à au moins quatre mains. Finir de balancer ces mauvais couples de coeur et de gueule. 
Nous n'avons pas pensé peut-être au trou des souvenirs s'échappant de nos poches. Nous avons oublié peut-être les semelles de vent sur les pavés qui pendent. C'est qu'on creuse pas assez ou qu'on a le nez toujours de biais.

C'est pas le bruit qu'il faut transpirer. Allons voir du côté du dessous des verres et souffler peut-être de la paume pour un rire en fuite qu'on aimerait suivre.

C'est la faute à Eugène, le créateur. Fallait bien commencer par lui donner un prénom. L'homme est pas ce qu'il faut, il fausse ce qu'il peut. C'est que ça lambine là-dedans et même au moment du grand rien on n'y comprendra rien.

On s'amuse à vendre à prix d'or les clous de nos portes, ça risque de dégonder sec et mat. On pioche près de l'urne à contre-coeur et croche-pied, sûr qu'on finira par tomber. Les rues se remplir plutôt que crever, les cheveux se dégarnir plus tôt que rêvé.
Faut pourtant pas lésiner sur le peu de chances qu'on a de tirer les siens soi-même des gravats. Suffit peut-être d'une langue pendue haute et courte à nos oreilles, d'un bras de suie moulinant l'aube.
S'il se cache celui-là c'est qu'on est nombreux et qu'on a plus que la place pour nos yeux.

Au terrier Saturne tire les rideaux et Vénus se ronge les ongles. Du sable s'effrite du sapin d'un dernier empire. La mémoire s'évade sous cape et s'enfuit sur des échasses. Les mouches se posent sur nos yeux hypnotisés. 
Nos joues refusent la ride. On a hissé nos sourires d'un mauvais vin quand la fanfare sonnait juste et le pied tapait faux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire